En temps de crise, les entreprises doivent être capables de réagir rapidement et de faire face aux imprévus, qu’ils soient technologiques ou financiers.

L’agilité, terme bien souvent dévoyé, est l’élément clé qui permet de faire face à cette nouvelle réalité. Au-delà de la capacité à faire face aux imprévus, l’agilité est aussi le fait de pouvoir travailler avec les bonnes personnes au bon moment. 

Dans cette nouvelle révolution du monde du travail, nous considérons le freelancing comme une composante essentielle de l’agilité. Les entreprises qui s’inscrivent dans cette démarche d’hybridation et qui font déjà appel à des freelances accèdent rapidement à des compétences spécifiques et renforcent leurs équipes internes avec une culture externe. 

C’est ce que, chez Malt, nous appelons le New Work Order

Dans l’étude Freelancing en Europe 2021 réalisée cette année en partenariat avec le Boston Consulting Group, nous avons une fois de plus étudié les habitudes et le fonctionnement des freelances de la Talent Economy européenne. En 2020, année de la pandémie Covid19, nous avons constaté qu’ils travaillent déjà comme les entreprises de demain.     

Quels sont les 5 enseignements pour gagner en agilité en période de crise ?

Conseil n°1 : Avoir le pouvoir de choisir avec qui travailler

Comme le disait Steve Jobs : « Il n’est pas logique d’engager des gens intelligents pour leur dire ce qu’ils doivent faire ; nous engageons des gens intelligents pour qu’ils nous disent ce qu’il faut faire ».

Le New Work Order va encore plus loin.

Nous donnons aux gens le pouvoir de choisir s’ils veulent être recrutés ou non. La majorité des freelances sont pleinement satisfaits de leur situation. L’une des raisons : leur décision de travailler en freelance est étroitement liée à la liberté de choix et à l’autonomie. Beaucoup notent d’ailleurs des effets positifs sur leur productivité et leur satisfaction.

Travailler en freelance ne signifie pas « renoncer » à un emploi stable, mais plutôt opter pour un mode de travail autodéterminé.

Demain, que ce soit à la maison ou au bureau, en équipe ou seuls, pour un ou plusieurs clients, les entreprises devront prendre exemple sur les freelances et donner à leurs employés la possibilité de choisir. 

Conseil n°2 : Adopter le monde hybride

La formation hybride est un processus naturel d’évolution au sein des espèces biologiques qui assure la diversité nécessaire à un écosystème stable. Dans la culture sélective des plantes, ce phénomène est appelé effet d’hétérosis et entraîne une plus grande vitalité et productivité

La diversité ne se limite pas au monde végétal, elle fait progresser l’innovation. Le monde de l’après-Covid19 est un monde hybride. Qu’il s’agisse de culture, de sexe, d’âge, de traits de personnalité, d’environnement de travail, de méthodes de travail, de type de contrat…

Demain, les entreprises auront pour mission de promouvoir un environnement dans lequel les possibilités sont infinies : travail à domicile et au bureau, horaires adaptées aux contraintes réglementaires, équipes de talents internes et externes qui travaillent main dans la main. Nous devons en effet faire preuve de créativité afin de réagir avec souplesse aux évolutions du marché. 

Conseil n°3 : Se former en continu

Le vrai pouvoir, c’est la connaissance. Mais la méconnaissance reste une force. Afin de mettre à profit la puissance de l’intelligence collective, les entreprises doivent également admettre le fait qu’elles ignorent certaines choses.

S’entourer de freelances est d’ailleurs une excellente opportunité de se former auprès d’experts et de monter en compétences. Ils travaillent 43 heures par semaine et consacrent plus de 5 heures de ce temps à la formation afin de rester hautement qualifiés et répondre à la demande du marché. 

Puisqu’ils ne dépendent plus d’une organisation, ils peuvent désormais se concentrer pleinement sur leur travail.

Les salariés, en revanche, apprennent aux côtés d’une organisation. Ils peuvent ainsi accéder à un ensemble unique de connaissances, qui bien souvent, ne peut être acquis qu’avec une longue progression au sein de l’entreprise.

Dans cette optique, le mélange de talents internes et externes devient une offre intéressante pour les entreprises qui peuvent ainsi s’appuyer sur leurs connaissances internes et profiter en même temps de méthodes de travail différentes. 

Conseil n°4 : Capitaliser sur l’humain

Les humains ne sont pas une ressource. Ils constituent le cœur d’une entreprise. Les entreprises qui réussiront demain sont celles qui comprennent les besoins de leurs employés et créent un environnement où ils peuvent développer tout leur potentiel. 

Au-delà des compétences et des connaissances factuelles, les entreprises devront également investir dans la culture.

Conseil n°5 : Se préparer à la flexibilité  

Pour les entreprises, les freelances sont un moyen attrayant d’accéder rapidement et avec beaucoup de flexibilité à des compétences spécifiques.

Mais la flexibilisation n’est pas une demande unilatérale.

C’est une tendance qui est également partagée par les professionnels de l’industrie technologique qui choisissent délibérément de quitter leur emploi salarié et de mettre à profit leur expérience et leur expertise dans la Talent Economy. 

Être indépendant est en effet une alternative séduisante pour ces experts hautement qualifiés, leur permettant de travailler de manière plus autonome et plus flexible. 

La liberté et l’épanouissement que ce statut leur procure les éloignent d’un retour à un emploi de salarié. Ils préfèrent mettre leur intelligence au profit de projets plutôt que d’organisations.

Nous sommes ravis de ce nouveau monde de travail qui s’ouvre à nous ! Bienvenue dans le new work order.

Pour en savoir plus sur la Talent Economy et sur comment faire appel aux freelances pour atteindre les objectifs de votre entreprise, téléchargez l’étude complète ici.