Obligatoire pour les salariés depuis plus de 50 ans, la prévoyance (également appelée maintien des revenus) est souvent la grande oubliée des freelances. Elle est pourtant capitale dans le système de protection sociale car elle permet au freelance de bénéficier de l’intégralité de ses revenus en cas d’arrêt de travail, et sa couverture peut durer jusqu’à l’âge de la retraite. Découvrez comment fonctionne cette couverture essentielle pour les freelances.

Qu’est-ce que le maintien des revenus (ou prévoyance) et quelles sont les différences avec une complémentaire santé ?

La complémentaire santé, communément appelée “mutuelle”, rembourse en complément de la Sécurité sociale les frais de santé comme les soins courants, les séjours à l’hôpital, les médicaments mais aussi les séances chez un kinésithérapeute ou de rééducation.

La prévoyance est là pour couvrir un autre type de risques : la perte de vos revenus si vous n’êtes plus en capacité de travailler. Si vous avez une maladie ou un accident qui vous empêche de travailler pendant plusieurs mois, le maintien des revenus vous permettra de continuer à percevoir vos revenus et de maintenir votre niveau de vie.

Un exemple pour illustrer cette complémentarité : 

Prenons l’exemple d’un accident de vélo ou de ski. Vous vous cassez le bras dans la chute et devez vous faire opérer, immobiliser le bras, puis faire de la rééducation… bref, vous ne pourrez plus travailler pendant les 6 prochains mois. 

Votre mutuelle prendra en charge vos dépenses de santé en complément de la Sécurité Sociale (consultations, opérations, plâtre, séances de kiné, etc.). 

Le maintien des revenus vous permettra de continuer à percevoir vos revenus, même si vous avez dû annuler vos missions et n’avez pas pu travailler sur la période. Si vos revenus habituels s’élèvent à 2 000€ par mois, votre maintien des revenus vous indemnisera à partir du 3ème jour d’arrêt maladie, donc à hauteur de 11 800€.

Pourquoi est-ce si important de souscrire à un maintien des revenus en tant que freelance ?

La Sécurité sociale des Indépendants propose une prévoyance de base mais, en plus d’avoir des garanties très basses, elle ne s’adresse pas aux freelances ayant démarré récemment leur activité. Pour en bénéficier, ils doivent être indépendants depuis au moins un an et avoir un revenu annuel supérieur à 3 983€ pour les auto-entrepreneurs.

Que vous soyez nouvellement indépendant ou non, souscrire à une prévoyance adaptée à vos besoins, en tant que freelance, est indispensable pour vous protéger ainsi que vos proches :

  • En cas d’arrêt de travail lié à une maladie ou un accident, vous percevrez des indemnités journalières qui compenseront la perte de vos revenus.
  • En cas d’invalidité partielle ou totale, vous percevrez une rente d’invalidité qui viendra compléter vos revenus.
  • En cas de décès, vos proches percevront un capital décès, et vos enfants pourront percevoir une rente éducation.

En tant que freelance, si vous tombez malade quelques jours ou si vous avez un arrêt de travail de courte durée, il est encore possible d’utiliser vos réserves pour pallier la perte de revenus. Mais quand l’arrêt de travail est plus long, si vous vous cassez le bras à vélo ou à ski par exemple, et que cela vous immobilise plusieurs mois, ces réserves ne suffisent plus. Le risque encouru est alors de se retrouver au RSA.

C’est pour cela que le maintien des revenus est une protection fondamentale. Il permet de se prémunir contre les situations où vous ne pouvez plus travailler. Elle vous permettra de continuer à faire face à vos charges (loyers, prêts, factures, abonnements, etc.) et de maintenir votre niveau de vie. Si besoin, cette couverture peut s’étendre jusqu’à l’âge de la retraite et représenter au total 1 à 2 millions d’euros d’indemnités.

Quand faut-il souscrire un maintien des revenus ?

La souscription à une protection de maintien des revenus doit absolument être effectuée tant que vous êtes en bonne santé. 

En effet, il n’est plus possible d’y souscrire à partir du moment où l’accident est survenu ou lorsqu’une maladie a été diagnostiquée. Il vaut donc mieux se couvrir quand tout va bien pour se prémunir contre ces imprévus.

Est-il possible de déduire fiscalement les cotisations du maintien des revenus avec la loi Madelin ?

La loi Madelin vise à améliorer la couverture santé des indépendants. Elle leur permet de déduire tout ou partie de leurs cotisations de complémentaire santé de leur revenu imposable. Elle s’applique aux cotisations de maintien des revenus, mais aussi de mutuelle et de retraite lorsque les contrats sont éligibles.

À noter toutefois que la loi Madelin ne prévoit d’abattement fiscal que pour les personnes soumises aux régimes des Bénéfices Non-Commerciaux (BNC), Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) ou Bénéfice Agricole. C’est le cas pour les freelances bénéficiant d’un statut de EIRL par exemple, mais pas pour les auto-entrepreneurs soumis eux aux régimes micro-BIC ou micro-BNC pour lesquels un abattement forfaitaire (i.e. : prédéterminé) est prévu.

Par ailleurs, pour bénéficier de la loi Madelin en tant que freelance, il faut :

Être à jour sur les cotisations aux régimes obligatoires d’assurance maladie et de vieillesse et adhérer à un contrat collectif souscrit par une association comportant au moins 1000 membres exerçant une activité non salariée, non agricole être en activité.

Où souscrire une assurance maintien des revenus ?

Malt s’est associé avec Wemind, la néoassurance des freelances, afin de permettre aux freelances d’accéder aux meilleures couvertures. Avec Wemind, vous pouvez protéger votre santé et vos revenus (mutuelle et maintien des revenus) avec des garanties hauts de gamme et à un prix juste. L’intégralité de vos démarches se font en ligne et leur service client est aux petits soins. De plus, Wemind a réservé un cadeau de bienvenue spécialement pour les freelances de la communauté Malt. Plus d’informations ici.